Alliance Franco-Russe
A+ A A-

France et Ukraine, une amitié séculaire

Au cours des dernières années de chaos politique ukrainien engendré par la révolution « orange », nos médias ont oublié comment collecter des informations positives adéquates pour analyser correctement les accents ensemble. Pendant tout ce temps, la politique intérieure ressemblait à une «guerre froide» civile, menée par les médias. Nous avions l'habitude de lire des articles critiques et d'exposer et pour cette lutte nous avons oublié comment percevoir les aspects constructifs et positifs. La presse jaune a évincé l'objectif.

Ces pensées me sont venues après la lecture des articles publiés, des nouvelles et des informations des communications de journalistes couvrant la visite officielle de Viktor Ianoukovitch à Paris.

Les visites précédentes de nos hauts fonctionnaires étaient étranges. Avec hâte et sans préparation, ils ont provoqué une légère confusion entre les politiciens français et le président. Ainsi, le 5 octobre 2007, M. Iouchtchenko a rompu et s'est envolé pour la France. Les négociations entre la France et l'Ukraine de Iouchtchenko sont entièrement dédiées au sommet de l'OTAN à Bucarest, où notre « président démocratique » va contre la volonté du peuple de planification pour une connexion rapide de l’Ukraine à l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord. Rappelons qu'à cette époque, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN était soutenue par 19% de la population ukrainienne. La précipitation avec laquelle Iouchtchenko a frappé à la porte de l'alliance, créé la peur et va alarmer non seulement la Russie, mais aussi les membres de l'alliance. Par conséquent, la visite de Yushchenko en France était plus intrusive que souhaitable pour Nicolas Sarkozy. Et notre position de demande le soutien du Président a été faible, dégradante, donc, pour l'image de notre pays aux yeux des hommes politiques français et européens.

la visite de Yulia Tymoshenko en France

Selon Victor Baloga, la visite de Yulia Tymoshenko en France était légèrement meilleure que celle du président Iouchtchenko. Il l'a décrit comme "de tous les points de vue un échec". Il a appelé cette visite "un jeu pour le public, qui a coûté au trésor de l'Etat une douzaine de millions d'argent budgétaire". "... Ses stylistes ont soigneusement sélectionné la garde-robe et les décorations. Avec un sourire ensoleillé, Timochenko monta les escaliers de la résidence présidentielle, croyant qu'elle allait faire une impression agréable sur le propriétaire. Elle voulait manifestement embrasser Sarkozy ", a-t-il dit. L’Assistant de Iouchtchenko estime que l'efficacité des négociations avec Sarkozy est proche de zéro, mais le premier ministre a réussi à "courir la distance marathon dans les boutiques de Paris." "Une somme astronomique a été dépensée pour les tenues et les décorations ..."

L'ex-chef du secrétariat a résumé que la visite de Timochenko à Paris était «un mélange honteux de cynisme, de mensonges et d'intérêts personnels au détriment de l'État».

En comparaison avec ces visites, la visite du président actuel a positivement déconcerté. Formellement, il a été noté pour son aspect pompeux et d'autres attributs du protocole accompagnant les réunions des Présidents des grands pays. En outre, Viktor Ianoukovitch déposa des fleurs sur la tombe d'un soldat inconnu au pied de l'Arc de Triomphe. Participer à cette cérémonie est un honneur spécial. Une telle opportunité que les Français fournissent habituellement aux dirigeants du monde lors des visites d'État. Mais pour le président ukrainien, qui est venu en visite officielle, une exception a été faite. Pour tous les détails de la visite, il était clair que l'attitude envers l'Ukraine a changé. Aujourd'hui, il voit de nouveau un pays avec un grand potentiel et une position géopolitique importante.

En particulier, M. Sarkozy a noté qu'il nourrissait de grands espoirs pour l'initiative de la France de créer un nouvel espace économique et de sécurité dans lequel l'Ukraine pourrait devenir un pont entre l'Europe et la Russie.

Une disposition amicale envers notre président a été reflétée dans l'attribution de Viktor Ianoukovitch au plus haut prix pour les plus hautes réalisations civiles - la Grande Croix du Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur. À son tour, Ianoukovitch a décerné à Sarkozy l'Ordre de Yaroslav le Sage du premier degré pour sa contribution au développement des relations ukraino-françaises.

Au cours de cette visite, une feuille de route pour les relations ukraino-françaises pour 2011-2012 et un accord entre les gouvernements des deux pays sur l'assistance mutuelle et la coopération en matière de protection civile de la population ont été signés.

Tous les principaux éditeurs de Paris ont écrit à propos de la visite du président ukrainien. Par exemple, le journal Le Figaro a publié une interview sur ses pages dans laquelle Ianoukovitch défend sa position forte dans la politique ukrainienne et défend la nécessité de renforcer le pouvoir présidentiel dans le pays. Il a également annoncé son intention de défendre l'indépendance de l'Ukraine par rapport à Moscou et a parlé du désir stratégique de s'intégrer en Europe pour l’Ukraine.

Dans la position exposée par le Président lors de la visite, l'Institut français des relations internationales, réuni avec des représentants des milieux politiques et scientifiques français, apporte des réponses exhaustives aux perspectives des relations ukraino-européennes et ukraino-françaises pour la prochaine décennie.

"L'Ukraine est très intéressée par le succès du projet européen. Après tout, c'est l'idée européenne qui est devenue un motif unificateur universel pour la société ukrainienne. Par conséquent, je suis personnellement convaincu qu'une Europe unique est et sera la réponse la plus optimale aux défis de notre temps.

L'Ukraine en Europe ?

À nos yeux, la Chine, l'Inde et d'autres États nous surpassent dans la course du marathon d’au moins une centaine de mètres, alors que l'Europe attend toujours le second souffle. L'Ukraine estime que son deuxième souffle, viendra certainement. Mais à une condition - si nous, les Européens, élargissons nos horizons: politique, idéologique, économique.

Le deuxième souffle de l'Europe est, entre autres, l'Ukraine, la Russie et d'autres états européens de l'espace post-soviétique. Pourquoi? Parce qu'avec eux, avec leurs ressources naturelles, industrielles et humaines colossales, l'Europe sera véritablement unie. Je suis convaincu que nous deviendrons alors encore plus compétitif.

Permettez-moi de vous rappeler que l'Ukraine est l'une des régions les plus industrialisées du monde. L'Ukraine est l'un des leaders mondiaux en termes de nombre de programmeurs diplômés. L'Ukraine est l'un des leaders mondiaux dans le nombre de réserves minérales. L'Ukraine est le plus grand pays de transit d'énergie dans le monde. L'Ukraine est la meilleure terre agraire du monde. L'Ukraine est une puissante usine fabriquant des fusées spatiales, et les ingénieurs que ces missiles construisent. Par conséquent, la réponse à la question «pourquoi l'Ukraine est-elle en Europe» est tout aussi évidente », telle est la position forte que le président a défendue à Paris.

L'Ukraine est-elle démocratique ?

Sur la politique intérieure et les processus politiques en développement en Ukraine, Ianoukovitch a donné une explication, il a déclaré que la nouvelle Ukraine a appris à unir la démocratie et l'ordre. "L'époque où l'expression" démocratie ukrainienne "était synonyme de chaos politique appartient au passé. L'Ukraine a reçu un pouvoir fort, stable et démocratiquement élu qui peut être couronné de succès. Les premiers mois de notre travail ont témoigné que la nouvelle Ukraine ne parle pas seulement de réformes, mais les met également en œuvre ... Sur la scène internationale, pour la première fois, elle a parlé d'une seule voix - la voix de l'Ukraine. Nous avons commencé inconditionnellement à remplir nos obligations envers les créanciers, peu importe à quel point ils étaient difficiles. "

Après le discours, Ianoukovitch a répondu aux questions des assistants, notamment à ma question sur le développement et la démocratie en Ukraine et à la télévision publique: "Presque toutes les années d'indépendance, des élections à la prise de pouvoir, divers politiciens ont promis à leurs électeurs de créer la télévision publique. Je n'ai pas promis. Je le fais. Je soutiens que chaque personne a la possibilité d'exprimer son point de vue et d'être entendue afin que le dialogue se déroule dans la société afin que nous puissions entendre les positions des différentes forces politiques. Toute position doit toujours être respectée. Par conséquent, la création de la télévision publique est une mesure consciente que je fais aujourd'hui pour éliminer pour toujours le jeu politique autour de cette question. Je considère le développement des institutions démocratiques, y compris la création de la télévision publique, qui donnerait des conditions réelles à la liberté de parole en Ukraine, ce qui est extrêmement nécessaire dans la période de réforme de notre État. "

En outre, le chef de l'État a accordé beaucoup d'attention à l'amélioration des normes sociales et du niveau de vie en Ukraine, ainsi qu'à la réforme du processus électoral en Ukraine. Il a noté que le système électoral actuel sur les listes des partis a empêché les Ukrainiens d'être élus au parlement, de participer au processus législatif et au gouvernement.

L'Ukraine et l'OTAN 

Dans ses discours à Paris, le président a également évité les problèmes liés à la participation de l'Ukraine aux questions de politique tarifaire et de l'OTAN lors de la conclusion d'un accord sur la zone de libre-échange UE-Ukraine: "Les relations avec l'OTAN. En tout cas, ils sont ouverts et honnêtes. " Selon Ianoukovitch, l'Ukraine maintient une position active dans la restructuration des relations pragmatiques avec l'alliance, la participation aux missions de maintien de la paix et la lutte contre le terrorisme. L'Ukraine ne sera pas membre de l'OTAN, mais notre partenariat avec l'alliance va s'approfondir et se développer.

Sur les désaccords tarifaires avec l'UE, il a diffusé la vision du processus du côté de l'Ukraine.

Ianoukovitch a divisé les marchandises en trois groupes, pour chacun desquels la levée des restrictions entre l'Ukraine et l'Europe devrait être effectuée selon un calendrier séparé. Le premier groupe comprend les biens, avec la suppression des restrictions sur le commerce, l'Ukraine et l'Europe ne ressentira pas de pertes économiques. Pour le deuxième groupe, il a attribué les marchandises, où les pertes des restrictions seront de 50 à 50 pour cent des deux côtés. Et le troisième groupe, croit le président, est celui des marchandises à haut risque. À son avis, il est nécessaire de refuser la réglementation des restrictions sur le commerce de ces marchandises pendant 3-4-5, éventuellement, 10 ans. Pendant ce temps, il sera nécessaire de trouver des compensateurs pour ces pertes.

En résumé, je dirai que les résultats de cette visite sont difficiles à surestimer. Je pense que nous verrons leurs actions lors des prochains sommets UE-Ukraine, OTAN-Ukraine, Russie-Ukraine. Sans doute, une chose est que notre pays restaure son image dans le monde et se fait des amis parmi les «poids lourds» de l'Union européenne.

Je veux conclure mon article avec des mots émotionnellement enthousiastes de Nicolas Sarkozy, qui, s'étant écarté du protocole diplomatique, s'est exclamé: «Considérez que nous sommes amis!